Télérama : Histoires sacrées, mystères baroques

Avant leur Ballet royal de la nuit en 2017 au Théâtre de Caen, Sébastien Daucé et son ensemble Correspondances font tourner cet automne une première – et enthousiasmante – production scénique, Histoires sacrées. Trois pièces composées par Marc-Antoine Charpentier autour d’héroïnes de l’Ancien et du Nouveau Testament, chantées en latin, et dont la forme hybride évoque les Mystères médiévaux.

En octobre, pour sa création caennaise, le spectacle a trouvé un cadre idéal dans l’église baroque Notre-Dame-de-la-Gloriette. Sur une scénographie simple et efficace d’Aurélie Maestre (des blocs creux, mobiles, figurent promontoires, grottes, prison, etc.), la mise en scène de Vincent Huguet explore les dimensions humaines, et pas seulement symboliques, de l’exploit de Judith décapitant Holopherne, du martyre de Cécile la convertie, de la déploration de Marie-Madeleine à la mort du Christ.

Très simples, les costumes de Clémence Pernoud servent l’universalité et l’atemporalité du propos. De la richesse du continuo et de l’exceptionnelle qualité des voix se détachent le contralto profond et coruscant de Lucile Richardot (Marie-Madeleine), la Judith charismatique de Caroline Weynants, et la radieuse Cécile de Judith Fa, finalement réunies dans un trio éblouissant.

Télérama 26/11/16
Par Sophie Bourdais

Illustration : Caroline Weynants (Judith) et Vincent Huguet pendant les répétitions de Trois femmesHistoires sacrées de Charpentier à Caen, octobre 2016. © Philippe Delval